VANUATU - REPORTAGE - KAVA TIME

22 images Created 2 Jun 2013

Le kava est une plante originaire des îles du Pacifique sud (plus précisément du Vanuatu) dont on retire la racine pour en extraire une boisson rituelle. Depuis des générations, le kava est consommé dans de nombreuses cultures océaniennes dans le cadre de cérémonies traditionnelles.
Reconnu pour ses vertus relaxantes (propriétés sédative et hypnotique), le kava est aujourd’hui devenu une importante culture commerciale puisque sa consommation dépasse son cadre rituel originel et s’est largement urbanisée, notamment à Port Vila (capitale du Vanuatu) et à Nouméa (NouvelleCalédonie) où de nombreux bars à kava se sont ouverts au milieu des années 80.
Une forme de ritualisation a ainsi été conservée avec la création de ces espaces spécifiques dédiés à la consommation de kava.
Depuis l’indépendance du Vanuatu en 1981, le kava y est érigé en boisson nationale comme symbole de la reconquête identitaire d’un peuple décolonisé. Aujourd’hui, on compte plus de 200 bars à kava sur Port Vila. Le buveur de kava est ainsi devenu un client. Or, pour avoir consommé le kava, je puis témoigner de ses effets anesthésiants physiquement comme psychiquement.
De quoi s’interroger sur le sens et les conséquences d’une consommation aussi importante de kava dans un pays récemment indépendant mais toujours économiquement dépendant d’autres pays comme l’Australie, la Chine ou encore de la France. La paupérisation des ni-Vanuatu est une réalité qui ne peut échapper au regard du visiteur, aussi néophyte soit-il. L’accès à l’éducation et à la santé ne concerne maintenant que les personnes les plus privilégiées. S’est développée autour du kava une forme d’économie souterraine où la vente de kava (de ses racines comme du produit fini sous forme de boisson) constitue une forme de revenu non négligeable pour plusieurs familles de Port Vila.
Forme de neo-tradition, cette consommation en milieu urbain échappe au contrôle social des cultures mélanésiennes traditionnelles, ce qui n’est pas sans avoir de répercussions sur la santé de la population.
A Port Vila notamment, c’est l’abus de la boisson qui demeure problématique, d’autant que, pour des raisons de coûts le kava y est souvent consommé comme substitut de l’alcool.
Si les mélanésiens comparent souvent les effets paisibles du kava à l’ivresse plus bruyante de l’alcool et aux violences que ce dernier peut potentiellement engendrer, la consommation excessive de kava n’en est pas moins révélatrice d’une forme d’ennui et d’oisiveté liée aux difficultés économiques des ni-Vanuatu.
View: 25 | All